Accueil » Cellule Mire : le fusil de précision FRF1

Share This Post

Arme à feu

Cellule Mire : le fusil de précision FRF1

Cellule Mire : le fusil de précision FRF1

Discussion autour du fusil FRF1

Bonjour MyWelkit,
Nous allons aujourd’hui faire une petite initiation au fusil de précision FRF1 qui a équipé notre armée de 1965 au début des années 90 avant d’être progressivement remplacé par le FRF2 que nous étudierons plus tard. Le tireur FRF1, intégré dans le groupe de combat, s’est révélé indispensable dans la mesure où il était capable de neutraliser des objectifs ponctuels, comme des servants d’armes collectives ou des cadres, à des distances qui échappent au feu du reste du groupe. Il peut aussi traiter des objectifs sensibles peu protégés comme tout ce qui est optique ou installations sensibles à des distances qui peuvent atteindre 1 000 mètres suivant les conditions. Au sein du groupe de combat, le FRF1 est prévu pour des tirs anti personnels jusqu’à 600 mètres dans de bonnes conditions.

Les origines du FRF1…

remontent à 1960, lorsque l’Etat-major de l’Armée et les divers services concernés décident de lancer une étude destinée à réaliser un fusil spécifiquement destiné au tir de précision. L’exécution est confiée au bureau d’études de la MAS. Les ingénieurs ne vont pas aller chercher très loin, et plutôt que de s’aventurer dans des concepts peu éprouvés ou coûteux, ils vont s’orienter vers ce qu’ils ont déjà et qui donne toute satisfaction, à savoir le mécanisme du MAS 36. Il était inconcevable aux yeux des techniciens d’adopter une arme semi-automatique dont le mouvement des pièces au départ du coup nuit à la précision du tir. Il est vrai qu’à cette époque les FSA ne sont pas encore des armes de grande précision et ces craintes sont fondées. Autre point en faveur de l’adoption du système MAS 36, c’est que l’outillage de production existe toujours et les stocks de pièces détachées sont toujours présents. Lors de l’étude du Fusil à Répétition modèle F1, le choix du calibre s’est posé, et seules 2 alternatives étaient possibles, l’adoption du 7,62 x 51 ou conserver l’arme en calibre 7,5 x 54.

Le choix se fera sur le second calibre pour des raisons simples

Tout d’abord, et là aussi, il existait de gros stocks de munitions dans ce calibre, et la production de cartouches « de précision » pouvait immédiatement débuter. Nous conservions l’unité de munitions avec les FM AA 52 en cas de crise. Au contraire, il n’existait pas de stocks de 7,62 x 51 au sein de l’armée qui n’utilisait pas de calibre et dont les versions  » De précision  » n’étaient pas disponibles immédiatement. Je suppose qu’au-delà de ces considérations, l’aspect  » Calibre national  » pesait aussi lourd dans la balance, ce qui ne peut être critiqué vu que le résultat fut une réussite totale. Les premiers prototypes sortant en 1963 et sont confiés à l’équipe militaire nationale de tir, qui en est très satisfaite.100 premiers fusils sont alors produits en version A (Lunette) et B (Organes de visée de match avec œilleton) : ils sont validés et l’arme est officiellement adoptée en 1965. Sa découverte par les pays voisins est une réelle surprise car l’arme est réellement exceptionnelle pour un usage militaire au sein du groupe de combat, tous ne lui trouvent que des qualités à un tel point qu’au cours de compétitions inter-armées, des plaintes seront portées par des pays participants concernant cette arme considérée comme sportive et non militaire.

Et pourtant, notre FRF 1 est bien une arme de combat, il va rapidement le prouver…

Les FRF1 sont livrés en 1967 pour découverte par la troupe, le délai entre son adoption et sa distribution a été nécessaire pour mettre sur pied une véritable instruction spécifique permettant au tireur recevant ce fusil d’en tirer le meilleur de son potentiel. En photo d’illustration, le prestigieux GIGN, dont le Commandant et créateur, le Capitaine Prouteau, ne voulait pas entendre parler d’autres fusils de précision que le FRF 1 pour les interventions nécessitant l’emploi de ce type d’arme. Un jugement qui n’appelle pas à la contradiction…

Bonne journée à toutes et à tous, n’hésitez pas me rejoindre sur mon groupe Facebook Cellule Mire !

Avertissement : le contenu de cet article est l’avis de l’auteur. Il ne reflète pas nécessairement les politiques ni les opinions de Welkit.

Share This Post

Armurier militaire 24 RIMA - 23 BIMA - 13 RDP, et créateur du groupe Facebook "Cellule Mire". Le groupe propose des sujets sur l'étude des armes à feu légères et des armes blanches. Nous abordons des sujets aussi divers que les armes militaires ou civiles, de toutes nationalités et de toutes époques, sous leurs aspects techniques, historiques ou pratiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register