Accueil » Comment fonctionne un viseur point rouge ?

Share This Post

Equipement militaire / Matériel militaire

Comment fonctionne un viseur point rouge ?

Comment fonctionne un viseur point rouge ?

Viseur point rouge

Tous ceux qui ont déjà tiré avec une arme à feu, ou éventuellement une réplique d’airsoft, ont déjà vu ou utilisé un viseur point rouge, communément appelé en anglais Red Dot Sight. Ce petit appareil permet une acquisition de cibles rapide et une précision améliorée.

C’est quoi un Red Dot ?

Le concept du viseur point rouge date de plusieurs décennies. D’ailleurs, il a d’abord été développé pour le tir sportif sur le marché américain. Constatant les nombreux avantages en utilisation, les forces spéciales américaines ont commencé à s’en équiper, principalement pour les missions où la luminosité était faible afin de ne pas perdre en efficacité opérationnelle, ce qui a permis de sauver de nombreuses vies. Petit à petit, cette technologie s’est répandue et les Red Dot sont utilisés par de nombreuses armées du monde (pour ne pas dire presque toutes).

En effet, les bénéfices du Red Dot sont multiples. Avec des organes de visée classique, il est nécessaire d’aligner votre œil directeur parfaitement avec l’axe de visée. Votre œil, la visée arrière et avant doivent être parfaitement alignées sur la cible pour être certain de faire mouche. Votre œil directeur est concentré sur le sight avant, et non pas sur la cible, alors que l’autre œil est fermé. Cette technique, qui fonctionne parfaitement et qui a fait ses preuves, demande néanmoins un certain entrainement, notamment sous la pression d’un combat. De plus, elle limite votre champ de vision de la cible et de ses alentours. Utiliser une lunette grossissante est aussi une option. Mais dans ce cas, l’œil doit également être dans l’alignement du tube et à une certaine distance du réticule afin de percevoir parfaitement la cible visée. De ce fait, l’acquisition de la cible peut demander quelques secondes en plus.

Un Red Dot de chez UTG

Un Red Dot de chez UTG

Avec un viseur point rouge, il n’est pas obligatoirement nécessaire que l’œil soit aligné parfaitement dans l’axe de la cible. De plus, le point rouge sera visible de la même manière si l’œil est plus ou moins éloigné du viseur. Un autre avantage, c’est qu’il est possible de viser avec les deux yeux ouverts. De cette manière, le tireur peut surveiller les alentours et les mouvements de la cible. Pour ces raisons, les Red Dot permettent une acquisition rapide et fiable de la cible et permettent donc une visée réflexe, particulièrement intéressante dans les situations de stress.

Les organes de visées mécaniques étant noirs dans 99% des cas, ils peuvent devenir invisibles dans un environnement peu éclairé ou sur une cible foncée. La même chose peut se passer avec une lunette grossissante, et c’est d’ailleurs pour cela que certains fabricants ont créé des lunettes rétroéclairées. Avec un Red Dot, le réticule est éclairé, clair et peut être de forme diverses (point rond, triangle…) le rendant facilement visible dans de nombreuses situations, peu importe la luminosité.

Il y a néanmoins deux types de Red Dot…

Viseur Reflex

La plupart des viseurs points rouges peuvent aller dans cette catégorie. Le terme « reflex » vient du fait que le réticule (le point, triangle, cercle etc…) est projeté vers l’avant depuis un point derrière la lentille puis est reflété sur cette dernière en direction de l’œil du tireur. La lentille est comme un « miroir partiel » laissant passer un certain taux de lumière, en général inférieur à ce qui passe dans une lunette grossissante. Les viseurs reflex peuvent être séparés en deux catégories : les types « head-up » qui ne possèdent qu’une lentille avec la source du réticule qui est « en dessous » et derrière la lentille (« en dessous » signifiant plus près du tireur et plus loin de l’extrémité du canon). Ils ne ressemblent en rien à une lunette de visée. Dans les viseurs reflex connus, on peut noter les Trijicon Reflex ou les C-More. L’autre catégorie sont les viseurs qui eux ressemblent à des lunettes de visés, avec une lentille à chaque extrémité. Ces viseurs peuvent être montés plus bas sur les armes car le point de projection du réticule, et sa source d’alimentation, sont montés sur un côté, plutôt qu’en dessous de l’axe optique de visée. Cela n’aurait que peu d’intérêt sur une arme comme le M-16 mais pour toutes autres armes plus courtes, le montage bas peut être un vrai avantage. Les viseurs Aimpoint, Trijicon Tripower, Leupold, Tasco et Bushnell, entre autres, peuvent rentrer dans cette catégorie.

Voici ce que l'on voit à travers un Aimpoint...

Voici ce que l’on voit à travers un Aimpoint…

Visée holographique

Parfois appelé « Holograpic Weapon Sight » ou « Holosight », cette technologie se base sur un réticule de visée superposée à votre vue sur l’objectif par le biais d’une transmission laser holographique. Sans rentrer dans les détails, cela veut dire qu’une photo du réticule est prise en utilisant une application très précise de la lumière du laser. L’hologramme, pris en sandwich dans du verre, forme une fenêtre dans laquelle vous pourrez voir votre cible. On peut noter que les systèmes de visée EOTech et Bushnell utilisent cette technologie.

Sur le terrain, les viseurs reflex et les viseurs holographiques sont utilisés exactement de la même façon et pour exactement les mêmes raisons. Ils possèdent des technologies complètement différentes pour répondre à la même problématique.

...et ce que l'on voit à travers un Eotech

…et ce que l’on voit à travers un Eotech

Mais quid des viseurs lasers ?

Un viseur laser est simplement un pointeur laser conçu pour résister au recul d’une arme à feu, avec des réglages pour l’aligner parfaitement dans l’axe de tir de l’arme. Le laser a besoin de faire le « voyage » depuis l’arme à la cible, puis de revenir, tout en restant visible pour le tireur. La visibilité du laser est donc affectée par la distance, énormément affecté par la réflectivité de la cible, par la lumière naturelle du jour et les conditions atmosphériques comme le brouillard, la pluie, la neige, la poussière, la fumée etc. Un viseur laser a donc besoin de plus de puissance en comparaison à un viseur réflexe ou un holographique.

Viseur laser vert

Viseur laser vert

En finalité, le Red Dot est un accessoire indispensable à n’importe quel possesseur d’arme. Il permet une acquisition rapide de la cible et la plupart des Red Dot de qualité militaire bénéficient d’une fabrication sans défaut, tout à fait adaptée aux contraintes du terrain.

Share This Post

Photo du profil de David Murphy
Passionné d'équipements militaires, du cinéma de guerre et de la 2nd Guerre Mondiale, je travaille chez Welkit depuis 2014.

3 Comments

  1. Ces dispositifs n’existaient pas à mon époque – Concernant les militaires, sont-ils livrés en dotation (une arme/un viseur) ou est ce là un matériel dont l’acquisition dépend du bon vouloir de chacun ? – Que représente financièrement « en moyenne » cette acquisition pour un usage militaire ? – Aux vues de vos explications, ,je pense que le choix préférentiels des militaires doit aller plutôt aux viseurs « red point » qu’aux pointeurs laser, qu’en est-il ?

    Reply
  2. Eotech 700euros pour le famas valo (rail picatiny) aimpoint pour le famas infanterie rien pour le famas tta…

    Ce nest pas en dotation ni un pointeur par arme. Tout depend de la spe du regiment de l’arme etc….

    Reply
  3. Au 2e RIMa on a des eotechs et aimpoints ( red dot ) sur quasiment toutes les armes de terrain, et elles sont bien affiliées à UNE arme puisqu’on la règle en fonction de notre tir, comme on garde la même arme ( pour la même raison ) on garde la même aide à la visée

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register