Accueil » 5 anecdotes militaires – Partie 1

Share This Post

Histoire militaire

5 anecdotes militaires – Partie 1

5 anecdotes militaires – Partie 1

Les anecdotes militaires – partie 1

La guerre amène aussi son lot de faits un peu étranges et peu communs, parfois drôles, parfois beaucoup moins. Je vous propose dans cette première partie, une petite sélection des meilleures anecdotes de guerres les plus improbables que j’ai pu trouver sur internet !

1) Et le militaire le plus jeune est…

Le plus jeune militaire américain jamais engagé s’appelle Calvin Graham. Né en 1930, Il a réussi l’exploit d’être enrôlé au sein de l’US Navy pendant la Seconde Guerre Mondiale à l’âge de…12 ans ! Il avait évidemment menti sur son âge. Il fut cependant découvert quelques années plus tard et jugé très sévèrement en cour martiale. C’est à l’âge adulte, en 1978, qu’il sera complètement lavé de toutes charges contre lui, par décision du sénat et du président Jimmy Carter. Calvin s’était en effet engagé suite à l’attaque de Pearl Harbor et servira au sein de l’USMC entre 1948 et 1951. Son histoire a inspiré un film « Trop jeune pour jouer les héros » (Too Young the Hero) sorti en 1988.

Calvin Graham

2) Dernière pause technique avant Berlin

Toujours pendant la Seconde Guerre Mondiale, lorsque les Alliés atteignirent le Rhin, les soldats se sont tous mis à uriner dedans. C’était une pratique tout à fait courante à l’époque en signe de conquête. On peut même voir en photo le Général Patton de l’US Army en train d’uriner dans le fleuve. C’était bien évidemment une photo prise dans le but de redonner du moral aux troupes, en plus d’une provocation au régime Nazi. Et puis, ça soulage…

On se laisse aller Mon Général ?

3) Scheiße !

Le 14 avril 1945, un sous-marin allemand U-1206 Unterseeboot, équipé d’un tout nouveau système de valves pour plonger encore plus profond, est mis hors d’état de fonctionnement près des côtes écossaises. Mais ceci n’est pas l’oeuvre d’une torpille ou d’un canon ! La véritable histoire est bien moins héroïque : il semblerait qu’un ingénieur à bord fut appelé pour réparer des toilettes qui fonctionnaient mal. Il aurait par mégarde ouvert la mauvaise vanne, conduisant les eaux usées et l’eau de mer à s’infiltrer à l’intérieur du sous-marin. Le bâtiment, forcé de faire surface, fut attaqué par l’aviation britannique qui l’avait déjà repéré. Quatre hommes sont tués, un dans l’attaque, et trois autres noyés. Les 46 autres survivants furent capturés. Cette « erreur technique » a-t-elle en fait sauvée les sous-mariniers Allemands ? Il est en tout cas fort probable de penser qu’en temps normal, le sous-marin aurait été coulé sans sommation…

Qui a laissé le robinet ouvert ?

4)  Maman, j’ai fait une bêtise !

En France, pendant la Seconde Guerre mondiale, un combattant de la Résistance française tue deux officiers Nazis allemands. A la fin du conflit, il retrouve sa famille mais apprend que l’un des deux officiers était l’amant de sa mère et qui plus est, son père biologique. A la suite de cela, il apprend également que les deux officiers sont frères. De ce fait, le deuxième officier était… son oncle. Ah, les histoires de famille…

Une pour mon père, une pour mon oncle, une pour…

5) Un perroquet parle mieux quand il (n’) est (pas) en cage

Pendant la Première Guerre Mondiale, des centaines de perroquets vivaient tout en haut de la Tour Eiffel. Ils servaient à prévenir les bombardements allemands sur la capitale, en général une vingtaine de minutes avant. En effet les perroquets, comme d’autres oiseaux, sont capables d’entendre des vibrations bien plus loin que l’oreille humaine…de vrais radars aériens ambulants !

Belle vue, n’est-ce pas ?

Vous voulez plus d’anecdotes de guerre ou vous en connaissez d’autres ? N’hésitez pas à nous le faire savoir en commentaire !

Share This Post

Photo du profil de Thomas Spooner
Bonjour à toi cher lecteur ! je m'appelle Thomas et je suis un passionné d'équipements individuels, en particulier de matos américain. Je m'intéresse aussi aux guerres modernes (Irak, Afghanistan) et tout ce qui touche de près ou de loin au soldat du 21ème siècle. Depuis 2014 je travaille chez Welkit en tant que chargé de clientèle et j'ai l'honneur de pouvoir servir les hommes et les femmes qui nous protègent au quotidien. N'hésitez pas à réagir en commentaire, je répondrai avec plaisir !

5 Comments

  1. Bonjour,

    Comment l’histoire du résistant français est elle possible ? Le résistant avait qu’elle âge ? 4 ans ?

    Cordialement.

    Reply
    • Photo du profil de Thomas Spooner

      Bonjour Benoit.

      Eh bien si le résistant a entre 15 et 25 ans c’est tout à fait possible. Les deux officier SS pouvait tout simplement avoir le double de son age 😉 Malheureusement lorsque cette histoire est racontée, aucun âge n’est mentionné, ce qui est vraiment dommage.

      Thomas

      Reply
  2. Bonjour Thomas,

    Tout d’abord mille excuses pour la faute ’’quelle âge’’ au lieu de ’’quel âge’’. Grrrrrrrrr !

    Non mais je ne comprends pas désolé ! Un officier allemand arrive en France vers 1940 fait un enfant avec une française .

    Le gamin naît vers 1941 en gros… et au mieux c’est à dire au plus tôt ! Comment le gosse fait pour être résistant avant la libération ? Ou alors le gosse à été fait avec un allemand pendant la première guerre mondiale et à tué son père pendant la seconde.

    Ou alors je ne comprends rien ! ☺

    Benoît

    Reply
    • Photo du profil de Thomas Spooner

      Bonjour Benoit !

      Ah ah je comprend un peu mieux votre questionnement maintenant effectivement 🙂 Je pense aussi que l’officier Nazi a du être l’amant de sa mère bien avant la guerre. Il était d’ailleurs probablement loin de penser qu’il deviendrait un officier Nazi bien des années plus tard. Peut-être à la fin de la première guerre mondiale oui, c’est ce qui serait le plus plausible.
      C’est vraiment dommage que cette histoire ne comporte pas plus de détails, cela aurait pu faire un chouette film.

      Thomas

      Reply
  3. Bonjour Thomas,

    Vous aimez ce qui touche à l’armée US. J’ai un parcours militaire assez atypique. J’ai franchi la porte de la Marine en septembre 1970 à Clermont Ferrand. Le 27 décembre 1970 départ pour les classes et l’école de spécialité. Me voilà embarqué en juin 1971 sur l’escorteur de la Jeanne d’Arc. Moi « paysan » d’Auvergne qui rêvait d’exotisme et de grands voyages, j’ai été comblé par trois tours du monde et la visite de tous les Dom et Tom.
    En 1975 retour à l’école des officiers mariniers à Toulon. J’ai passé avec succès des tests d’américain. Après six mois d’entrainement intensif dans un labo langues et 45 jours dans une université d’été à Paris, j’ai réussi un concours à l’ambassade des USA.
    Le 27 décembre 1976 je me suis envolé pour Chicago et la base navale de Great Lakes Illinois. Accueil, briefing avec le FBI. A nouveau 6 mois de formation sur la rampe missile Tartar comme seul français avec 15 boys américains et deux Hollandais.
    Aujourd’hui à 60 ans je viens de publier mon premier livre sur ma première année outremer (lien) suivront un second volet sur les voyages et un 3ème sur mon Amérique : Chicago, le Missouri, San Antonio et San Francisco.

    https://www.edilivre.com/j-te-raconte-pas-23235c8cf3.html#.WNDb5kaxK70
    (plein d’anecdotes)

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register