Sainte Mère Eglise : John Steele, l’homme du clocher…

John Steele

John Steele

Même si ce nom ne vous dit rien au premier abord, vous avez forcément déjà entendu parler de cet homme ou en tout cas, de son récit !

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, pour préparer le débarquement guerrier et logistique le plus massif de l’histoire de l’humanité, la fameuse Opération Overlord, plusieurs compagnies de parachutistes ont été déployées derrière les premières lignes allemandes. Plusieurs milliers d’hommes et du matériel sont largués un peu partout en Normandie. Parmi ces hommes, une division, la 82e aéroportée. Dans cette division, un homme, John Steele, 32 ans, né dans l’Illinois, ne sait pas encore qu’il restera un symbole de cette nuit historique et du début de la libération de la France.

L’objectif de la 82e Airborne, qui a été affectée à l’Opération Boston, est simple mais indispensable : prendre le petit village de Sainte-Mère-Eglise, détruire des ponts et s’emparer de carrefours routiers qui serviront un peu plus tard aux blindés et aux troupes qui débarqueront sur Utah Beach.

C-47 Dakota en 1944

C-47 Dakota en 1944

  • Largage approximatif

Vers 1h du matin, les C-47 Dakota américains larguent pas loin de 14 000 hommes sur toute la Normandie. Malheureusement, du fait de l’inexpérience de certains pilotes et des canons de défense anti-aérienne allemands obligeant les avions à voler plus haut que prévu, plusieurs parachutages sont complètement manqués et de nombreux soldats atterrissent parfois à plus de 15 km de leur DZ (Drop Zone – zone de largage) prévue. Nombres d’hommes périront dans les marais inondés et une bonne partie du matériel sera perdue. D’autres atterriront directement sur des zones occupées par les Allemands. John Steel n’échappera pas à cette destinée malchanceuse et sera largué directement au-dessus de Sainte-Mère-Eglise. Lors de sa descente, John est blessé au pied et n’arrive plus à contrôler son parachute qui finira sa course…directement sur le clocher du village ! Les combats font rage en dessous de lui, certains de ses camarades sont même abattus avant d’avoir touché le sol. John, malgré plusieurs tentatives, n’arrivera pas à se défaire de son parachute et sera témoin forcé de la bataille qui se déroule à ses pieds, une douzaine de mètres plus bas, sans aucune possibilité de pouvoir y prendre part. Il décide donc de faire le mort, pour éviter d’être pris pour cible et de mourir sans combattre. Il sera en définitive libéré quelques heures plus tard par deux soldats Allemands qui le feront prisonnier. John déclarera plus tard que ces deux Allemands (les soldats Rudolf May et Rudi Escher) étaient « des mecs gentils ». Il sera soigné et s’échappera quelques jours plus tard avant d’être rapatrié en Grande-Bretagne. John retournera au combat aux Pays-Bas en septembre 44, entra en Allemagne en avril 1945 et y stationnera jusqu’à la fin du conflit. Il rentrera chez lui en septembre 1945 et poursuivra une vie paisible jusqu’à sa mort en 1969, à l’âge de 57 ans. John est aujourd’hui enterré dans la ville de Fayetteville, en Caroline du Nord. Son souhait avait été d’être enterré en Normandie…

John Steele en 1964 lors d’un de ses retours à Sainte-Mère - Photo par airborne-museum.org

John Steele en 1964 lors d’un de ses retours à Sainte Mère Eglise – Photo par airborne-museum.org

 

  • En mémoire

Aujourd’hui, l’église de Sainte-Mère-Eglise porte encore les cicatrices des balles des combats du 6 juin. En hommage, une auberge-restaurant porte son nom et la municipalité a installé un mannequin parachutiste au clocher de l’église, mais du côté opposé où John a atterri, probablement de manière à ce qu’il soit plus visible pour les visiteurs. De la même façon, la scène a été retranscrite, et un peu modifiée, dans le célèbre film Le Jour Le plus Long (sorti en 1962, avec John Wayne, Sean Connery, Henry Fonda…) où John Steele est interprété par l’acteur Red Button, un célèbre comique américain.

Extrait du film Le Jour le Plus Long (1962) – Scène du largage de John Steele.