Héros de guerre et vétéran du Commando Kieffer

Le 6 juin 1944, débarque sur les plages de Normandie la plus grande armada jamais constituée par l’homme. Parmi ces hommes courageux, de nombreuses nationalités : Anglais, Américains, Canadiens, Polonais, Tchèques, Norvégiens, Belges, Hollandais, Australiens et des Français. Au total 132 000 hommes posèrent le pied sur les plages de Normandie ce jour-là. Parmi eux, 177 français du 1er bataillon de Fusiliers Marins Commandos (1er BFMC) commandés par Philippe Kieffer, qui donnera son nom à cette petite unité qui se fera appelée Commando Kieffer.

Une partie du Commando Kieffer – Photo libre de droit

Une partie du Commando Kieffer – Photo libre de droit

Yves Meudal était l’un de ces hommes. Né le 26 février 1923 à Kerhonès, Pleubian, en Bretagne, Yves devient orphelin à 10 ans. Il commence par être apprenti boulanger avant de devenir marin, à l’age de 14 ans. En 1942, à 19 ans, il profite d’une escale d’un de ses navires à Dakar, pour rejoindre un bateau des Forces Françaises Libres. Il fera le chemin jusqu’en Angleterre, puis rejoindra l’Ecosse en 1943 et se portera volontaire pour intégrer le 1er Bataillon de Fusiliers-Marins Commandos de la France Libre du commandant Philippe Kieffer. Il débarquera le 6 juin 1944 sur Sword Beach, avec ses camarades Français et Anglais, entre autres. Après la bataille de Normandie, le commando Kieffer sera envoyé en Hollande alors qu’il n’était censé combattre que quelques jours. Yves sera rétrogradé après avoir abandonné son poste pour sauver un camarade blessé. Il retournera en Angleterre et finira la guerre en tant qu’instructeur. Yves Meudal fait partie des 24 commandos ayant terminé le conflit sans aucunes blessures.

Le D-Day sur Sword Beach – Photo de dday-overlord.com

Le D-Day sur Sword Beach – Photo de dday-overlord.com

Après la guerre, Yves quitte la vie militaire : il retournera dans la marine marchande jusqu’en 1978, où il partira à la retraite. Il a été fait Officier de la Légion d’Honneur en 2014. Yves Meudal nous a quitté le 09 septembre 2016, à 93 ans.

« Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone »

Yves Meudal – Photo de ecol.nav.traditions.fr

Yves Meudal – Photo de ecol.nav.traditions.fr