Dunkerque (VO : Dunkirk)

Comme à chaque sortie, ou presque, d’un nouveau film de guerre, nous nous précipitions dans les salles obscures. Dimanche dernier, nous avons donc vu « Dunkirk » de Christopher Nolan (Inception, The Dark Knight, Interstellar…).

L’opération Dynamo

L’histoire de Dunkerque se passe en 1940 et dépeint l’opération Dynamo : l’évacuation vers l’Angleterre de l’armée Française et Britannique suite à la déroute face aux troupes Allemandes. Cette mission, dont l’issue aura une importance capitale pour le reste du conflit, sera « un succès, mais pas une victoire ». Churchill espérait sauver entre 40.000 et 50.000 hommes : ce n’est pas loin de 340.000, dont 123.000 français ainsi que des Belges et des Canadiens, qui seront évacués.

Un beau film mais…

La question que l’on se posait avant le film était : si les talents de Nolan ne sont plus à démontrer, notamment un certain sens de l’esthétisme, comment va-t-il interpréter un film basé sur un fait historique ? De manière générale, on peut dire que le pari est réussi. La bande sonore est excellente (quelle tension tout au long du film !!) et renforce cette sensation d’étau se refermant, sur les militaires…et le spectateur. Les différents « axes de vues » sur la même opération peuvent parfois, en tout cas au début, perdre le public mais tout se remet dans l’ordre au fur et à mesure du film. Une mention spéciale aux combats aériens, pas vraiment spectaculaires, dans le sens « hollywoodien » du terme, mais qui contribuent à donner au film une dimension toute particulière. Finalement, les 1h47 du film passent tout seul. Nos deux seules critiques ont été sur le côté « authentique » : si le film est dans son ensemble assez beau esthétiquement, il est parfois peut-être un peu trop propre, ou trop soigné… Notre deuxième réflexion, c’est évidemment le manque de considération pour les troupes françaises. Même si Nolan en fait références plusieurs fois dans le film, il est vrai qu’on a un petit gout amer quand on sait que de nombreux soldats Français sont morts, où ont été capturés, en défendant Dunkerque, permettant donc aux Britanniques de s’en échapper. Mais même si le film tourne principalement autour des Britanniques, peut-on vraiment le reprocher à Nolan, un britanno-américain, né à Londres ? Probablement pas. Mais un peu de reconnaissance est toujours apprécié… Pour le reste, c’est du tout bon, et un « must see » de 2017, assurément !

Notre note : 4,5 / 5.