Accueil » Bouclier antimissile : la meilleure défense viendrait-elle des drones ?

Share This Post

Actualité Militaire

Bouclier antimissile : la meilleure défense viendrait-elle des drones ?

Bouclier antimissile : la meilleure défense viendrait-elle des drones ?

Le Pentagone s’intéresse aux drones armés de laser pour contrer les missiles ennemis

Le Département de la Défense américain étudie la possibilité d’utiliser des drones équipés de lasers capables d’abattre les missiles ennemis. Selon le Las Vegas Review-Journal, la Missile Defense Agency, l’agence chargée du système de défense antimissile aux États-Unis, a testé un laser aéroporté à énergie dirigée (directed-energy airborne laser) qui peut être tiré à partir de drones. L’armée américaine pourrait alors utiliser ceux-ci non seulement pour surveiller les bases de lancements de missiles balistiques ennemies, mais également pour abattre tout éventuel missile quelques instants seulement après son lancement.

Une nouvelle stratégie de défense

Christopher Johnson, porte-parole de l’agence, déclare : « Notre but est de prendre de court les stratégies de nos adversaires potentiels en introduisant l’énergie dirigée dans notre bouclier antimissile ». Il ajoute même que « ceci pourrait révolutionner la défense antimissile en réduisant considérablement le rôle dévoué aux intercepteurs cinétiques ». Cette nouvelle technologie améliorera indéniablement la défense antimissile américaine. En effet, les systèmes antimissiles actuels dépendent d’un ensemble complexe de radars et de satellites pour guider un missile intercepteur vers sa cible. De fait, les missiles ennemis doivent être à la moitié de leur trajectoire ou dans leur phase de descente pour que ces systèmes fonctionnent. Cette nouvelle technologie offre de nombreux avantages par rapport à ces derniers. Permettant de survoler des sites de lancement potentiels et d’abattre un missile dès son ascension, elle serait théoriquement ainsi plus facile à mettre en œuvre tout en offrant une efficacité équivalente.

Drone Reaper. Photo : General Atomics.

Déploiement prioritaire en Asie ?

La Corée du Nord pourrait être un champ de déploiement privilégié pour ces nouvelles armes. En effet, ce pays totalitaire a procédé au lancement de plus de 20 missiles expérimentaux depuis l’accession au pouvoir du dictateur Kim Jong Hun. Datant du 12 février 2017, le dernier test a permis au pays de franchir un nouveau palier vers une maîtrise totale de la technologie. En effet, pour la première fois, un combustible solide a été utilisé en lieu et place des combustibles solides dont Pyongyang se contentait jusqu’ici. L’idée n’est pas récente puisqu’elle trouve ses origines dans le système antimissile « Star Wars » envisagé par l’administration Reagan. Cette initiative prévoyait en effet l’utilisation de lasers positionnés dans l’espace pour abattre les potentiels missiles soviétiques. Malgré ses nombreux détracteurs, cette vision a grandement façonné les systèmes de défense antimissile modernes.

Développement en cours

Le drone armé de laser est encore dans les premiers stades de développement et d’essais. Ainsi, les principaux fournisseurs de l’armée américaine (Boeing, General Atomics, Lockheed Martin, Northrop Grumman ou encore Raytheon) participent à un programme quinquennal qui a pour but de démontrer la faisabilité de cette nouvelle technologie. Les tests sont menés au White Sands Missile Range, une zone d’essai de l’armée américaine située au Nouveau-Mexique. Selon Johnson, le Pentagone prévoit les premières démonstrations à l’horizon de 2020.

Share This Post

Fraîchement arrivé chez Welkit. Réserviste dans l'armée de Terre et passionné du monde militaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register