Un capitaine de l’armée des États-Unis a déclaré que l’armée de son pays « ne se place plus à la tête des meilleures forces militaires au monde »

Le capitaine J Scott Metz de l’armée américaine a déclaré qu’il est fort probable que l’armée des États-Unis ne soit pas la meilleure au monde. Il pense « qu’elle n’est pas aussi préparée ou aussi prête à combattre que ses partenaires multinationaux ». Le capitaine a décrit, dans une gazette de l’armée, son sentiment que les troupes d’autres pays sont « nettement meilleures que les Etats-Unis sur le point de vue tactique, car nos entraînements à la base sont insuffisants« . Il fait référence aux alliés ainsi qu’à « certains ennemis potentiels » comme étant beaucoup mieux préparé que les forces américaines.

Le capitaine Metz place surtout ses reproches sur la question de la « préparation » – un terme qui englobe tout, dont le fait de s’assurer de la mise à jour des vaccins des soldats aux certifications d’armes, en passant par l’actualisation des dossiers déposés dans les systèmes informatiques obsolètes du Ministère de la Défense. Il a d’ailleurs avancé un exemple sur un peloton américain ne sachant pas comment utiliser « le terrain à leur avantage dans chaque engagement » et étant dépassé dans un exercice par ses homologues étrangers.  » Il s’agit d’un point sur lequel la bridage aurait du être mieux formée au sein de la base avant d’arriver au JMRC (NDLR : Joint Multinational Readiness Center, le centre d’entrainement des USA en Europe) « , affirme-t-il.

Exercice Saber Strike 17 : les Marines doivent travailler avec des forces alliées. Ici, des Norvégiens. Photo : U.S. Marine Corps.

Le capitaine Metz a déclaré que les dirigeants supérieurs de l’armée considèrent la préparation comme une priorité absolue, contrairement aux petites unités et aux commandants surchargés par les exigences des formations et le travail administratif, et qui ne disposent pas de suffisamment de temps pour être intégralement prêts. Tom Ricks, chroniqueur sur la politique étrangère qui couvre l’armée américaine depuis le début des années 1990, a déclaré que le capitaine « dévoilait une puissante vérité« . Jusqu’à récemment, le capitaine Metz était stationné au JMRC, en Allemagne, lui donnant un point de vue unique et différent sur l’armée américaine, bien que quelque peu limité compte tenu de son rang et du fait que ses écrits ne concernent que son point de vue dans l’armée, et non celui des forces militaires américaines dans son ensemble.

Sergent de l’US Army remontant les nouvelles recrues lors de leur première journée d’entrainement au Fort Leonard. Photo : Stephen Standifird.

L’article, qui a probablement été supprimé par la chaîne de commandement active du capitaine, a été loué et approuvé par plusieurs membres de la communauté militaire pour la franchise qui s’en dégage, en particulier avec l’état actuel de la politique étrangère des États-Unis, la guerre en cours en Afghanistan et les autres engagements en Irak, en Syrie et dans un certain nombre d’autres pays. M. Ricks a déclaré que les dires du capitaine Metz se présentent comme « un article rigoureux et éclairé mettant en cause la sagesse qui prévaut. Démontrer autant de franchise est d’ailleurs un des rôles les plus importants des journaux professionnels militaires, bien qu’ils ne l’exécutent que très rarement ».

Crédit : www.independent.co.uk